Le déchet-d’oeuvre

Le déchet-d’oeuvre

Le déchet-d’oeuvre est une création collective réalisée à partir de déchets collectés dans une zone d’habitation ou dans la nature. Cette installation a été expérimentée pour la première fois à Auxerre en l’an IV de notre nouvel air, lors de la déambulade Peact & Love organisée par le Collectif des Défricheurs. Voici ce qu’en dit l’encyclopédie des obscurités.

Extrait de l’encyclopédie des obscurités dans la partie : une histoire du mouvement épourquoipatiste international

Lorsque le préfet Poubelle décide d’installer des bacs de récupération de déchets à la fin du 19e siècle, il ne se doute pas qu’il inaugure une ère de la consommation de masse. Les déchets jusqu’ici triés et réinvestis notamment par les agriculteurs, sont mélangés. Il faut créer des incinérateurs pour brûler ces amalgames. L’industrie du « on brûle tout » fait disparaître un écosystème de récupérateurs de tissus et chiffons, pattes de lapin et avec lui des habitudes séculaires de réemploi des matières premières. Au début de notre nouvel air, nos sociétés doivent à nouveau résoudre une équation complexe : réduire les déchets, développer le réemploi des matières premières et satisfaire aux besoins d’une économie reposant principalement sur la consommation de produits neufs. En l’an 3 de notre nouvel air, apparaissent les sculpteurs de déchets de rue. Ils instaurent un rituel étrange.

Il est question de créer chaque matin dans un quartier donné, un « déchet-d’œuvre » à partir de déchets récupérés dans la rue. Ils proposent comme expérience de se laisser inspirer par le supposé burk. Les descendants d’Eugène Toutencarbon appelleront ce gaz de l’inspiration suscité par le déchet : le samsarium. Il jouera un rôle clé dans le développement des pratiques de réemploi et surtout le renouvellement de la création dans de nombreux domaines. Dans certaines villes les déchets-d’oeuvre furent brûlés en guise de protestation contre ces « nichoirs à saletés ». Dans d’autres ils étaient contemplés et respirés par des dizaines de personnes chaque jour, comme des bulles d’oxygène.

Pour en savoir plus sur l’Opération Peact and Love
Les personnages de l’univers Peact & Love II